L'actualité de l'immobilier et de la maison Avec le magazine "Ma Maison" et le quotidien "Le Télégramme"

Immobilier. Des contrôles obligatoires

Immobilier. Des contrôles obligatoires

Immobilier. Des contrôles obligatoires

Article ajouté le vendredi 23 janvier 2009

Amiante, gaz, mérule, plomb... et maintenant électricité. Rendus obligatoires, les diagnostics immobiliers sont de plus en plus nombreux lors de la vente d'un logement. Certains professionnels constatent des dérives dans la profession.

Hier, 9h du matin, à Plouescat: trois diagnostiqueurs immobiliers, dont l'un vêtu d'une combinaison blanche, s'engouffrent à l'intérieur d'une maison en vente. L'un commence par taper sur les murs: «Je vérifie s'ils ne sont pas doublés, l'air circulant entre deux parois peut être à l'origine du développement d'un champignon». Muni d'ustensiles, l'un des trois détecte la présence de plomb dans les peintures, tandis qu'un second prend les mesures du pavillon. Ils vérifient ensuite les installations électriques et de gaz, examinent l'état de la charpent e...

«Quatre maisons sur dix sont "mérulées"»

À l'issue de leur journée et de centaines de contrôles effectués, les trois hommes d'Amplitude Ouest, société saint-politaine de diagnostic immobilier, remettront leur rapport au vendeur. «L'anomalie que l'on constate davantage est la présence de la mérule, un champignon redoutable, confie Bertrand Vallery-Radot, co-gérant d'Amplitude Ouest. Sur dix maisons visitées, quatre sont "mérulées". Ce sont généralement des demeures de bord de mer qui peuvent devenir invendables. Nous trouvons aussi de l'amiante sur les plaques ondulées des toits et sur le doublage des murs».

Plus de 1.000 € pour une maison de huit pièces

Après l'amiante, le gaz, le plomb, les termites..., les propriétaires vendeurs doivent, depuis le 1erjanvier, s'acquitter d'un nouveau diagnostic obligatoire portant sur l'état de l'installation électrique. Une telle série de contrôles a forcément un coût à la charge du vendeur. En moyenne, le diagnost ic coûtera 814 € pour une maison de quatre pièces, 1.081€ pour une maison de huit pièces, 720 € pour un appartement de quatre pièces et 940 € pour un appartement de huit pièces. «Ce n'est pas normal de voir certains dans la profession affirmer qu'ils peuvent réaliser un diagnostic seul en une heure et demie, alors qu'il nous faut une journée à deux. C'est un manque de déontologie», se plaint Bertrand Vallery-Radot. «C'est vrai que l'on constate des anomalies dans ce métier, poursuit son confrère morlaisien, Alain Chaumet (Daigampa). Et ce, même si la certification de notre profession est obligatoire». «Si l'on respecte les normes, on consacre vraiment du temps à réaliser un diagnostic minutieux», ajoute le Morlaisien William Amiel (GSI).

«Pénalement responsables»

«Ce n'est pas un vulgaire papier que l'on donne à l'issue d'un diagnostic, mais un véritable certificat, assure Bertrand Vallery-Radot. Il faut savoir qu'en cas d'incidents, comme une explosion, liés à un défaut dans l'installation de gaz ou d'électricité que nous n'aurions pas signalé, nous en serions pénalement responsables».

Une liste qui devrait s'allonger...

Les points de contrôle.

Lors de la vente d'un logement, le vendeur doit fournir un diagnostic obligatoire portant sur les installations de gaz et d'électricité, sur la contenance de plomb dans les couches de peinture et sur la performance énergétique (consommation énergétique de la maison et son taux d'émission de gaz à effet de serre). Le diagnostic fait aussi mention de la présence d'amiante ou de termites dans 70 départements déclarés à risque (le Finistère n'en fait pas partie).

Bientôt des diagnostics portant sur la mérule et la fosse septique.

La liste des contrôles pourrait s'allonger en 2013 avec le diagnostic obligatoire concernant le fonctionnement des assainissements autonomes (les fosses septiques). ??galement à l'étude: un diagnostic obligatoire sur la présence de la mérule, ce champignon qui attaque le bois. «Aujourd'hui, ce n'est pas obligatoire, mais on indique toujours s'il y a des signes de mérule dans une maison», prévient ce diagnostiqueur.

Une profession créée en 1997.

La profession de diagnostiqueur (10.000 en France) existe depuis 1997 avec l'instauration de la loi Carrez imposant le mesurage des surfaces habitables des biens en copropriétés.

Un opérateur certifié.

Le diagnostic doit être réalisé par un opérateur certifié (Afnor, Dekra...) et daté de moins de trois ans. Si tel n'est pas le cas, le vendeur pourra être tenu comme responsable en cas de problème ultérieur. Depuis le mois de novembre2007, le futur diagnostiqueur doit suivre une formation et passer un examen pour obtenir la certification. Mais des cabinets, pas toujours compétents, s'étaient créés avant cette date, ce qui a nui à la profession.

Une vingtaine dans l'arrondissement.

Une vingtaine de diagnostiqueurs sont installés dans l'arrondissement de Morlaix. «Mais on arrive à saturation», souligne le diagnostiqueur morlaisien William Amiel. «On suit l'évolution du marché de l'immobilier, lequel est actuellement mou», confirme d'ailleurs un autre Morlaisien, Alain Chaumet.

Le Télégramme