L'actualité de l'immobilier et de la maison Avec le magazine "Ma Maison" et le quotidien "Le Télégramme"

Renégocier son prêt. Mode d'emploi

Renégocier son prêt. Mode d'emploi

Renégocier son prêt. Mode d'emploi

Article ajouté le vendredi 4 septembre 2009

Renégocier son prêt immobilier peut se révéler avantageux à condition de bien respecter certaines règles.

 

Qui peut renégocier?

«Peu importe le montant de l'emprunt, mais il faut que la différence entre l'ancien taux et le nouveau soit supérieure à 0,5 point», explique Maël Bernier, la porte-parole du courtier en ligne Empruntis. De plus, mieux vaut revoir ses conditions lorsque l'on rembourse le premier tiers du crédit: «La renégociation porte sur les intérêts du crédit. Or, on rembourse d'abord les intérêts puis le capital». Compte tenu de ces éléments, Maël Bernier estime que l'opération s'avère avantageuse pour les personnes ayant contracté un crédit en 2008.

Qui aller voir?

D'abord votre banquier, même «si le gain risque d'être peu élevé, car lui-même s'est financé plus cher lorsqu'il vous a octroyé le prêt». Il faut alors faire jouer la concurrence. «En ce moment, la rivalité est grande entre les banques. L'emprunteur possède donc un fort pouvoir de négociation», note Empruntis. Les pièces justificatives (bulletins de salaire par exemple) sont les mêmes que pour l'obtention d'un premier crédit. La procédure demande environ un mois.

Les frais supplémentaires.

Ils sont malheureusement inévitables: le client devra payer une pénalité de remboursement anticipé, s'élevant au maximum à 3% du montant restant. S'ajoutent ensuite les frais de garantie et les frais de dossier pour le nouveau crédit. Car le client ne renégocie pas son crédit. Il le fait racheter par un établissement concurrent. En moyenne, il faut compter 3.500euros pour un emprunt de 150.000euros.

Les gains escomptés.

Outre les gains pécuniaires, l'emprunteur peut moduler le montant ou la durée de ses mensualités. «Un emprunt de 120.000euros à 4,75% sur 25 ans contracté en juillet2008 a pu se renégocier à 4% sur 20 ans un an plus tard. Le tout en ayant augmenté les mensualités de 30euros par mois», cite à titre d'exemple la porte-parole.

La tendance va-t-elle durer?

Dans l'Ouest, les taux sur 20 ans sont passés en moyenne de 4,90% en janvier2009 à 4,25% en juillet. Les différentes expertises du marché s'accordent à dire que les taux devraient se stabiliser, mais ne pas remonter avant la fin de l'année.

Et pour la rentrée?

«Les obligations assimilables du trésor (OAT) ayant baissé dans le courant du mois d'août, les banques peuvent, sans rogner sur leur marge, afficher des taux en baisse» explique-t-il. «Le mois de septembre devrait donc afficher des taux inférieurs de 0,10% à ceux pratiqués aujourd'hui, nous prévoyons donc des taux fixes moyens à 4,00% sur 15 ans et 4,15% sur 20 ans»

Sébastien Bei - Le Télégramme (Photo François Destoc)